Solidons : questions réponses pour comprendre le projet et sa dimension collaborative

En passant par l’incubateur Ronalpia, Mickaël de Let’s Co a rencontré Ludovic de Solidons. Quelques années plus tard, Solidons utilise une plateforme Let’s Co pour produire son site, mettre en valeur ses campagnes événementielles et fédérer des communautés de soutien autour des projets en financement.

Solidons est une association lyonnaise dont la vocation est de soutenir le financement des entrepreneurs sociaux grâce à un prêt à taux zéro que les entrepreneurs s’engagent à partiellement rembourser en bénévolat de compétence. Pour cela, Solidons organise des collectes événementielles de solidons au sein d’établissements commerciaux. Ces solidons – une légère majoration de la note payée – sont reversés à 100% au profit d’entreprises à fort impact social sélectionnées par les contributeurs.

Logo Solidons financement entrepreneuriat social

Pour l’instant, deux campagnes tests ont été lancées autour de questions d’alimentation : In, le Fruit de Terre et Les Petites Cantines. Après l’été, d’autres campagnes sont prévues, mais nous ne pouvons pas en dire plus pour l’instant.

Qu’est ce qui a amené à créer Solidons ? Ou en êtes-vous ?

Ludovic a expérimenté la collecte de micro-dons au profit de structures d’intérêt général au sein d’un restaurant australien, en tant que client-contributeur. En tant qu’entrepreneur, il lui est venu à l’idée de dupliquer ce modèle de collecte au profit d’entrepreneurs sociaux. L’idée de Solidons, qui s’apparente à du financement participatif à grande échelle, est alors née de cette expérience.

Les profils respectifs des 3 co-fondateurs, orientés entrepreneuriat, finance et ESS, nous ont permis de déterminer le besoin et les limites du financement actuel des entrepreneurs sociaux et des besoins en compétences d’acteurs de l’ESS.

Nous nous sommes lancés dans l’aventure Solidons au mois de Janvier 2017. Cinq mois plus tard, nous avons réalisé plusieurs tests au sein de restaurants lyonnais, pris contact avec de nombreux acteurs du financement, de l’entrepreneuriat social et de l’ESS, développer un réseau de personnes et structures intéressées par le projet, et entrepris une diffusion de notre concept auprès du grand public, grâce à l’animation de pages sur les réseaux sociaux et d’un site internet, développé par Letsco. L’ensemble de ces actions nous pousse désormais à élargir nos ambitions, en démarchant de nouveaux réseaux d’établissements collecteurs, comme les boutiques orientées « mode et création » ou encore les fleuristes.

L’idée étant de parvenir à fédérer plusieurs réseaux, dans l’optique de réaliser de vrais campagnes Solidons avant la fin de l’année 2017.

Quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés avec le site Solidons.fr ? Pourquoi avoir choisi une solution collaborative ?

L’une des composantes de notre solution de financement est la mise en proximité des entrepreneurs à financer et du grand public contributeur. Notre solution de financement intègre une multitude de parties prenantes entre lesquelles la transparence et l’accessibilité doivent être essentielles. Ainsi, la plateforme Letsco nous offre une solution collaborative permettant à tous ces acteurs d’entrer en contact et de se
suivre. En effet, les contributeurs sont invités à voter pour leur projet préféré sur cette plateforme, qui informe l’utilisateur de la chaine et de l’utilisation des financements octroyés. Les contributeurs, entrepreneurs et structures bénéficiaires du bénévolat de compétences peuvent ainsi entrer en contact et s’informer du suivi et des évolutions de chacun des projets soutenus.

Pourriez-vous décrire votre manière d’agencer votre utilisation de l’email, des réseaux sociaux, des moteurs de recherche, de votre site web, de l’organisation d’évènements, des relations médias, ou tout autre moyen de vous faire connaître ?

Pour faire connaître notre offre, nous utilisons principalement les réseaux sociaux, notre site Internet et l’envoi d’email. Sur les réseaux sociaux, nous publions régulièrement du contenu sur notre association (collecte, etc…) et du contenu sur des thèmes liés à notre activité : l’économie sociale et solidaire, le bénévolat de compétences, l’entrepreneuriat social.

Chaque jour, nous effectuons une veille de notre compte Twitter, Facebook et LinkedIn. Notre site Internet nous sert à relayer des informations sur Solidons, ses partenaires commerciaux, les projets soutenus. Nous le mettons à jour dès que possible. Quant à l’utilisation de l’email, cela nous permet de donner plus de renseignements sur notre structure à nos prospects.

Quel bilan dressez-vous de vos campagnes à ce jour ? Et qu’avez-vous dans les tuyaux pour 2017 ?

Les campagnes-tests réalisées jusqu’à présent nous ont permis d’ajuster notre stratégie de communication auprès du grand public et de commencer à constituer un réseau de partenaires collecteurs engagés à nos côtés au profit des entrepreneurs. Ces tests vont se poursuivre durant l’été, pour nous permettre d’évaluer le potentiel financier de nos actions futures. Au 4ème  trimestre 2017, nous ambitionnons de mener deux campagnes réelles de collecte, au sein de deux réseaux d’établissements collecteurs, les restaurateurs lyonnais et les boutiques « mode et création » de l’agglomération, afin de financer deux premiers entrepreneurs engagés dans les secteurs agro-alimentaire et mode.

 

Né en Mars 2017, Solidons est actuellement en cours de lancement. Vous pouvez suivre l’évolution de ce projet sur Facebook ou sur LinkedIn, consulter le FAQ sur leur site, ou encore lire l’article de RDEMarketing sur l’utilisation des réseaux sociaux par Solidons. Enfin, vous pouvez commentez cet article et entamer le dialogue avec l’équipe si vous avez des questions à leur poser.

Article co-écrit par Thomas de Let’s Co et Noémie de Solidons, que nous remercions chaleureusement.

Réseaux sociaux et communication web : ressources, recommandations et liens

Cet article est une liste de ressources mise à disposition d’entrepreneurs de la région Lyonnaise suite à l’organisation d’une session de formation sur les réseaux sociaux au service d’un projet professionnel organisé par le pôle territorial de coopération économique Domb’innov, partenaire de Let’s Co, et la coopérative d’entrepreneurs Elan Création, membre de Domb’innov.

Introduction au web social et à la culture participative

En préliminaire des aspects pratiques et de l’expérimentation dans les articles proposés ci-dessous, nous vous invitons à lire l’article sur le web social sur Wikipedia, ainsi que l’article sur la culture participative, qui sont sous-jacents dans les outils et pratiques évoqués ci-dessous et qui permettent de prendre un peu de hauteur avant de plonger la tête !

reseaux sociaux after dombinnov

La solution au Rubik’s Cube est un algoritme

Principes

1. Dédiez du temps à la recherche, à l’écoute, à la veille et à l’identification de sites, pages & profils Facebook, blogs, vidéos, infographies etc. qui vous plaisent pour vous en inspirer.
2.Expérimentez. Testez. Publiez. N’hésitez pas à faire des erreurs.
3. Partagez ce qui vous inspire, dîtes pourquoi cela vous inspire, citer vos sources d’inspirations et échangez avec celles et ceux qui apprécient les mêmes sources.

Usages des réseaux sociaux

> Quel réseau social choisir ? Source : Webmarketing.conseil
> Quel réseau social pour quoi faire ? Source : slideshare

Facebook

> Comparatif entre page, profil et groupe Source : Cyberjournalisme.net
Mieux Utiliser Facebook Source : blog du modérateur

Conseils de publications sur Facebook

– publiez de manière régulière
– ne vous intéressez pas qu’à votre page/votre profil : consacrez du temps à aller commenter les publications des autres. Cela entrainera des visites chez vous si vos propos sont pertinents pour celles et ceux qui les lisent
– soyez pertinents, constructifs et polis dans vos publications
– obtenez de l’engagement sur vos publications (partage et commentaires surtout) : poser des questions, citez d’autres pages/utilisateurs, demandez des avis
– publiez de l’image et de la vidéo avec du texte (le texte seul est moins visible)
– publiez du texte court avec des liens
– ne publiez pas uniquement vos productions (à moins d’être très inspiré) : partagez celles des autres
– cherchez les pages et les profils réunissant des communautés qui s’intéresseront à vous et regarder les pages likées par ces pages dans l’onglet Aimé par cette page en colonne de droite
– commenter les articles de médias / blogs qui traitent de vos thématiques (après les avoir identifié 🙂
– faites en sorte que votre communauté d’utilisateur produise du contenu avec vos produits/centres d’intérêts/textes
– enregistrez/mémorisez les heures, dates et type de contenus des publications qui ont marché et reproduisez les.
– autorisez-vous à vous répéter
– autorisez-vous à revenir commenter les publications qui ont le mieux fonctionné pour afficher des notifications sur les profils de toutes les personnes engagées
– faites des tests en variant les publications, évaluez ce qui marche le mieux et persistez dans cette direction
– posez des questions
– croisez vos points de présence : renvoyez depuis vos emails vers Facebook, depuis votre site vers Facebook, depuis votre site vers une newsletter, une page Slideshare, un profil LinkedIn
– utilisez la fonction de tag des profils (@nomdutlisateur ou @nomdelapage) et des pages pour produire une notification sur les profils / pages concernées (voir comment faire)
– donnez la parole à vos utilisateurs, vos partenaires, vos collaborateurs, vos clients
– sachez qu’une publication peut-être modifiée après publication
– apprenez à créer un évènement

Comprendre le fonctionnement de la visibilité sur Facebook

Edgerank Facebook, Accroitre la visibilité des publications d’une page Source : commentçamarche.net
> L’importance de l’image sur Facebook Source : istock.photo

Référencer votre entreprise sur Google maps

> Ajouter votre entreprise sur Google maps Source : blog Orson.io
A compléter par Google Business si vous n’avez pas de site web mais que vous voulez être visible sur Google
> Google Business Source : Google

Linkedin

> Bien débuter sur LinkedIn Source : Ludosln

Twitter

> Utilisez le moteur de recherche de Twitter pour trouver des journalistes, ou des partenaires, des médias, des blogueurs (il faut créer un compte pour utiliser ce moteur de recherche), d’autres entrepreneurs etc. Vous pouvez créer un compte Twitter sans l’utiliser, juste pour faire des recherches, de la veille etc.
> Sans créer de compte Twitter, utilisez Followerwonk pour chercher dans les biographies des utilisateurs Twitter. Ensuite, cherchez un moyen de contacter les profils qui vous intéressent
> Faites de la veille sur les hashtags (#motclé) qui vous concernent et qui rassemblent des contenus pertinents pour votre activité
> Si vous utilisez Twitter publiez en mentionnant d’autres utlisateurs (@nomdutilisateur) et / ou des #

> Comment utiliser un hashtag sur Twitter Source : Wikihow

Blogging

> Pourquoi créer un blog ? Source : conseil marketing

Référencement naturel (SEO pour search engine optimization)

Parce que les moteurs de recherche sont une des principales source de trafic vers un site internet, le SEO doit être connu et maitrisé, surtout dans le cas d’un site de e-commerce, d’entreprise ou pour tout projet comprenant un site avec des contenus riches et des mises à jour régulière.

> Comprendre le référencement naturel Source : La Team Web sur Slideshare
> Aspects techniques du référencement naturel Source : Abdoulaye Dieng sur Slideshare
> Elaborer une stratégie de référencement naturel Source : Yakaferci

Le référencement naturel est gratuit mais il prend du temps. Il exige que :

  • vous quittiez votre point de vue de créateur de projet
  • que vous vous mettiez à la place des utilisateurs qui ne vous connaissent pas
  • que vous listiez des expressions clés susceptibles d’être cherchés par votre cible
  • que vous vous intéressiez aux résultats de recherche de Google sur ces expressions clés
  • que vous créiez du contenu adapté sur votre site web

Si vous n’avez pas de site et que vous n’utilisez que Facebook, le référencement naturel ne vous intéresse pas, mais la réflexion sur les mots clés est tout de même pertinente !

> Trouver les bons mots clés de son site Source : agence KeaCrea
> Outils de mots clés de Google Source : Google

Référencement payant (publicité)

Google Adwords
> Créer sa première campagne Adwords Source : la Fabrique du Net

Facebook
> Créer un publicité sur Facebook Source : blog neocamino

LinkedIn
> Créer une campagne de publicité sur LinkedIn Source : socialmediapro

N’hésitez pas à compléter cette liste de vos remarques et de liens vers des ressources complémentaires !

reseaux-sociaux-usages

Source de l’image : Les Réseaux Sociaux et Nos Usages, sur Web Print Marketing 

Lancement du site de l’association Déclic CNV & Education

C’est avec une certaine fierté que nous vous annonçons le lancement du nouveau site de l’association Déclic CNV & Education. Plusieurs pages sont en construction mais n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

La plateforme dispose d’un blog, permet la création de profils pour rejoindre la communauté des acteurs de la CNV dans l’éducation, la création de groupes, et explique l’histoire et la raison d’être de l’association.

 

La page d’accueil du site Déclic CNV & Education

La communication NonViolente dans les familles et dans les structures accueillant des enfants et des jeunes

 

Pour en savoir plus

Voici une présentation par Catherine Schmider de la vocation de l’association créée fin 2014 pour oeuvrer à la transformation de la pratique éducative en France.

Let’s Co gagne le match des start-up civic tech #LeMondeSmartCities

Le 7 avril 2017, Jérémy Camus, présentait avec brio la société Let’s co devant plusieurs centaines de personnes réunies pour l’événement Le Monde Smart Cities.
Sa présentation a été salué avec celles de trois autres start-up de la civic tech. Retour sur ce beau moment de reconnaissance.

Organisé par Le Monde et le Grand Lyon, en partenariat avec L’Atelier BNP Paribas, cette journée était l’occasion d’interroger les relations entre la ville et la démocratie, d’écouter des présentations d’expériences pionnières en matière de gouvernance, d’entendre Carlo Ratti, directeur du Senseable City Lab du MIT, et d’assister à la remise des prix de l’innovation à 7 projets européens acteurs de l’innovation urbaine.

Mais le moment fort de cette journée, pour Let’s Co, c’était le match des start-ups qui réunissait quatre entreprises de la civic tech.

 

  • Open Source Politics, présenté par Virgile Deville, entreprise de l’ESS développe des plateformes libres et open source et anime des ateliers d’intelligence collective pour accompagner des acteurs publics, privés et associatifs dans leurs démarches participatives.
  • Civocracy, présenté par Chloé Pahud, développe une plateforme qui permet de rassembler des autorités politiques locales, entreprises, associations et des citoyens pour discuter et prendre des décisions sur des sujets qui les impliquent.
  • Urbee, présenté par Morgan Scheildt, est une application sur smartphone qui propose de relayer les informations d’un territoire en se passant de moteur de recherche.
  • Let’s co, présenté par Jéremy Camus, dont nous reproduisons la présentation ci-dessous.

Qualité de la présentation, impact de la solution et inclusion des citoyens : tels étaient les critères d’évaluation qui ont permis à Jérémy Camus d’emporter le plus grand nombre de votes du jury et du public. Voici les propos de Jérémy :

« Avant de vous présenter Let’s Co, je voulais commencer par vous parler de ce que nous connaissons tous :

  • ce village tous dont les services de proximités disparaissent les uns après les autres,
  • ce quartier dont les services publiques sont de plus en plus absents faute de moyens,
  • ou cette association locale dont les subventions en chute libre ne permettent plus de remplir ses missions sociales.

Mais face à ces constats peu optimistes, je voulais également vous parler de ce désir puissant d’engagement qui existe dans notre société. La preuve avec ces 20 millions de français qui chaque jour donne bénévolement de leur temps !

Notre grand projet chez Let’s co, c’est de répondre à ce désir d’engagement et de le mettre au service de ces villages, de ces quartiers et de ces associations en difficultés !

Pour cela, Let’s co développe une solution collaborative et toute une série d’outils qui facilitent l’engagement et favorisent une participation plus large des citoyens à la vie associative et à la vie publique locale.

Le plus simple pour comprendre concrètement ce que Let’s Co fait, c’est de vous parler :

  • ou encore des territoires ruraux de la Dombes et du Val de Saône qui utilisent notre solution pour inventer et construire avec leurs habitants de nouvelles réponses afin de bénéficier à nouveau des services de proximité et de retisser du lien social. Une conciergerie rurale et une épicerie collaborative portée par les habitants naitront prochainement sur ces territoires.

Enfin, j’ai envie de vous dire que Let’s Co souhaite rendre sa solution accessible au plus grand nombre afin d’optimiser son impact social !

Merci pour votre attention ! »

Jérémy Camus

Let's Co

Pour en savoir plus sur cette journée, vous pouvez consulter cette présentation Storify réalisée par Open Source Politics.

Organisations et communautés

Organisations et communautés

« Si une organisation désire cultiver des communautés, il s’agira aussi de créer un contexte dans lequel ces communautés peuvent s’épanouir. Aujourd’hui, de nombreuses communautés de pratique évoluent au sein ou au travers d’organisations qui les influencent de bien des façons. Et la plupart des échecs communautaires sont au moins partiellement attribuables à un manque de compréhension ou d’appui de la part des organisations. L’aspect organisationnel constitue donc un facteur de réussite déterminant de l’équation.


La création d’un tel environnement n’est pas une tâche facile. Nos organisations ont vu le jour à une époque où le processus formel était plus important comme source de création de valeur que le savoir, l’apprentissage et l’interprétation active. L’engagement personnel et l’attention à l’apprentissage qui sont l’empreinte des communautés de pratique épanouies y trouveront donc moins bon accueil. Il ne s’agit pas ici de diaboliser les organisations et d’idéaliser les communautés. Les unes et les autres ont leur côté sombre.


Tout comme les organisations peuvent être bureaucratiques, âprement politiques, et concentrées sur des mesures improductives, les communautés peuvent être étroites d’esprit et discriminatoires. Mais elles ont toutes les deux leur bon côté. De la même manière que les communautés créent un contexte pour l’identité professionnelle et l’apprentissage des praticiens, les organisations offrent aux communautés un contexte caractérisé par les défis majeurs, la coordination complexe et la gestion délibérée des ressources.


Je ne crois pas que les communautés soient destinées à remplacer les organisations. Au lieu de choisir entre les structures, il convient de les intégrer de façon productive. Les organisations et les communautés ont toujours coexisté, menant des vies parallèles, pour ainsi dire. Aujourd’hui, elles doivent apprendre à se reconnaître mutuellement et à collaborer de manière à ce que chacune permette à l’autre de faire le travail qu’elle sait mieux faire. »

Etienne Wenger, extrait de la préface du rapport du CEFRIO : Travailler, Apprendre et Collaborer en Réseau, publié en 2005, dont vous trouverez une version synthétique et à jour sur le site communaute.cefrio.qc.ca. Sont abordés :  

  1. la définition et l’utilité d’une communauté de pratique
  2. la planification, l’outillage et le lancement d’une communauté de pratique
  3. la maturité et l’évolution de l’organisation et de la communauté de pratique

Merci de nous lire et bonnes lectures !